Halacha pour dimanche 8 Tevet 5780 5 janvier 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

L’obligation de se lever devant une personne âgée

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la source de l’obligation de se lever devant un Talmid H’ah’am (un érudit dan la Torah) et devant une personne âgée.

Qui est considéré comme « personne âgée »?
Les décisionnaires débattent afin de déterminer l’âge à partir duquel une personne est qualifiable de « Zaken » (personne âgée) devant laquelle il y a une obligation de se lever.
Selon certains, à partir de 60 ans, une personne est qualifiable de « Zaken », mais selon l’opinion du TOUR et de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, une personne n’est qualifiable de « Zaken » qu’à partir de 70 ans.
C’est ce qu’il faut retenir d’essentiel selon la Halacha, comme il est enseigné dans les Pirké Avot : « A 70 ans, commence la vieillesse. »

Malgré tout, notre maître le Rav Ovadia Yossef z.ts.l écrit que puisque selon l’opinion de notre maître le Saint ARI Zal, il faut se lever devant une personne dès que celle-ci a atteint l’âge de 60 ans, celui qui s’impose la H’oumra (rigueur) de se conformer à ses paroles, est digne de la Bénédiction, même si cela ne représente pas une obligation selon le Din, puisque nous tranchons constamment selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ dans toutes ses décisions.

Lorsqu’il y a un doute si la personne est « Zaken »
Lorsqu’il y a un doute si la personne présente a atteint l’âge de 70 ans ou pas, nous devons définir s’il y a ou non l’obligation de se lever devant elle. 

Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha que l’obligation de se lever devant une personne âgée est une ordonnance de la Torah (Mitsvat ‘Assé Min Ha-Torah). Or, nous avons un principe selon lequel « Safek Déoraïta La-H’oumra » c'est-à-dire : lorsque nous sommes face à un Din sur lequel il y a un doute, si ce Din est Min Ha-Torah (ordonné par la Torah), nous adoptons l’attitude rigoureuse.
Par conséquent, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que si l’on a un doute sur l’âge de la personne, a-t-elle atteint l’âge de 70 ans ou non, nous devons nous lever devant cette personne, car un doute sur une loi de la Torah, doit être traité de façon rigoureuse.

Lorsqu’il y a un doute si la personne est « Talmid ‘Ha’ham » (érudit dans la Torah)
De même, s’il y a un doute concernant un Talmid H’ah’am, est-il arrivé au niveau de la décision Halachique ou pas, on doit également se lever devant ce Talmid H’ah’am, même si l’on ne sait pas s’il est arrivé au niveau de la décision Halachique ou pas, car un doute sur une loi de la Torah, doit être traité de façon rigoureuse.
Mais un simple Avreh’ (Kollelman) qui étudie dans un Kollel, mais qui ne sait pas trancher la Halacha, il n’est pas obligatoire de se lever devant lui (mais il est certain que le statut de celui qui étudie la Torah, est très honorable.)

A partir de quand doit-on se lever?
Il n’y a d’obligation de se lever devant une personne âgée uniquement lorsqu’elle s’approche et qu’elle entre dans le périmètre de 4 Amot (4 coudées, c'est-à-dire 1.92 m) de la personne assise (comme pour le Talmid H’ah’am comme nous l’avons expliqué dans la précédente Halacha). Mais s’il s’agit de son père ou de son Rav Mouv’hak (le Rav qui lui a enseigné la majeure partie de ses connaissances en Torah), ou bien d’un Gadol Ha-Dor (un Grand de la Génération), on doit se lever devant eux dès qu’on les aperçoit au loin.
Même si on se trouve dans la même maison, il n’y a pas d’obligation de se lever devant la personne âgée ou le Talmid H’ah’am tant qu’ils ne sont pas entrés dans les 4 Amot de la personne assise.
Il est interdit de fermer les yeux pour ne pas voir le Rav entrer dans ses 4 Amot, mais au contraire, il faut se lever devant lui conformément au Din, et ainsi donner du respect à la Torah.

8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha