Halacha pour dimanche 19 Cheshvan 5780 17 novembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Les choses que l’on ne distingue qu’au moyen d’un microscope

Les poissons ne sont permis à la consommation que lorsqu’ils possèdent les 2 critères de pureté explicités dans la Torah: les nageoires et les écailles.
Les Poskim (décisionnaires) débattent au sujet de poissons qui possèdent des écailles, mais que l’on ne peut distinguer qu’au moyen d’un microscope.
Sont-ils considérés comme Cacher puisqu’ils possèdent des écailles, ou bien faut-il les interdire puisque leurs écailles ne sont pas visibles à l’œil nu? 
Cette question – faut-il oui ou non prendre en considération ce que l’on ne peut distinguer qu’au moyen d’un microscope – touche de nombreux domaines, par exemple le Din dans le cas où l’on trouve le poumon percé chez un animal, dans ce cas l’animal est Téréfa (interdit à la consommation), mais si le trou n’est pas visible à l'œil nu, mais uniquement au moyen d’un microscope, faut-il – malgré tout - considérer la bête Terefa ou non?

Le Gaon Rabbi H’alfone Moshé Ha-Cohen zatsal (Av Beth Din de Djerba, il y a environ 56 ans. Son corps a été récemment emmené en sépulture en Israël) écrit que les poissons dont les écailles ne sont visibles qu’au moyen d’un microscope, ne sont pas permis à la consommation, car la Torah n’autorise ou n’interdit que les choses visibles par les yeux d’un être humain qui possède une vue saine, et par conséquent, la Torah n’interdit les trous que l’on puisse trouver dans les organes d’un animal ou d’une volaille, seulement s’ils sont visibles à l’œil humain, et non au moyen d’un instrument externe. Le Gaon zatsal conclus ses propos en disant: « C’est ainsi qu’a tranché mon grand-père le Gaon Rabbi Moché Ha-Cohen zatsal lors d’un cas qu’on lui soumit, où l’on filtra de l’eau à plusieurs reprises, afin de boire, et malgré tout, on pouvait distinguer au microscope de nombreux vers qui se déplaçaient dans l’eau. Le Rav leur répondit que la Torah n’interdit que les vers visibles à l’œil nu, grâce au sens naturel de la vue. »
De même, l’auteur du livre ‘Arouh’ Hachoulh’an écrit que même s’il existe de nombreuses et diverses créatures dans l’eau, que l’on peut distinguer qu’au moyen d’un microscope, malgré tout, l’eau reste permise à la consommation, car la Torah n’interdit pas une chose que l’œil ne maîtrise pas, puisque la Torah n’a pas été donnée aux Anges, car sans cela, combien de chercheurs ont écris que même l’air est rempli d’infimes créatures, et lorsque l’être humain ouvre sa bouche, il avale certaines de ces créatures. Or, il ne viendrait jamais à l’esprit d’interdire également la respiration !
Il est donc certain que toute chose que l’œil humain ne maîtrise pas ne représente strictement rien.
Par contre, une chose que l’œil peut distinguer, même face au soleil, même la plus infime des choses (comme dans les légumes, les feuilles ou autres), reste considérée comme un véritable vers qui est interdit à la consommation.

Par conséquent, nous apprenons de là que les poissons dont les écailles ne sont visibles qu’au moyen d’un microscope, restent interdits à la consommation.

Par contre, une eau dans laquelle se trouvent d’infimes créatures qui ne sont visibles qu’au moyen d’un microscope, est permise à la consommation. De même, des fruits et légumes dans lesquels on peut trouver des vers au moyen d’une vérification au microscope, restent permis à la consommation. Mais si l’on distingue des vers grâce à la vérification du microscope, et qu’ensuite on les distingue aussi à l’œil nu, ils sont interdits à la consommation, car on peut utiliser le microscope pour faciliter la vérification des légumes, mais ensuite il faut vérifier la présence des vers à l’œil nu : dans le cas où il y en a, il faut interdire, et le cas échéant, il faut autoriser.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

בליל הסדר, בעל הבית מקדש ומוציא את כולם
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Cacherisation des éviers et de la cuisine

Les ustensiles en plastique sont cacherisables selon la manière de leur utilisation, c'est-à-dire que si l’on à l’habitude de les utiliser à froid il suffira de bien les laver. S’il est d’usage de les utiliser à chaud mais en second deg......

Lire la Halacha

Cas pratiques concernant les Kitniyot

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué de façon générale, les principales règles du ‘Hamets et des Kitniyot à Pessa’h. Nous avons expliqué que selon l’unanimité, les Kitniyot  - comme le poids......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Vaykra

בס''ד Divré Torah sur Vaykra Par le Rav David A. PITOUN   Savoir décrypter le message personnel d’Hashem Ce Dévar Torah est extrait du livre ‘Alénou Lé-Shabéya’h du Gaon Rabbi Its’hak ZILBERSHTEIN Shalita ......

Lire la Halacha


Vigilance sur le H’amets

L’interdiction de tirer profit et de consommer du H’amets Il est dit dans la Torah au sujet de la fête de Pessah’ (Chémott 13): « Durant 7 jours, on mangera des Matsot, et ne sera vu ni H’amets, ni levain dans tous tes domaines ». Dans la Gu&eacut......

Lire la Halacha

Du H’amets inconsommable avant Pessah’ – Maquillage et crèmes diverses

L’interdiction de consommer ou de tirer profit du H’amets De même qu’il est interdit de consommer du H’amets pendant Péssah’, ainsi Hachem nous ordonne de ne pas maintenir du H’amets en notre possession pendant Péssah’. De même, il......

Lire la Halacha

Cachérisation d’un four pour Péssa’h – Birkatt Ha-Ilanott

Question: Est-il possible de Cachériser un four pour Péssa’h? Réponse: Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a traité ce sujet à divers endroits de ses ouvrages (Chou’t Yabiya’ Omer vol.5 sect. Y.D chap.7 ; et autres …), et il s&rsquo......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha