Halacha pour mercredi 4 Sivan 5780 27 mai 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’interdit de cuire qui est interdit pendant Chabbat, et permis pendant Yom Tov.

Allumer un feu
Il est interdit de créer une flamme pendant Yom Tov, avec des allumettes ou avec un briquet, même pour les besoins de la nourriture.
Par conséquent, il est également interdit de conduire une véhicule pendant Yom Tov, car le démarrage du moteur provoque l’allumage d’étincelles.
Par contre, il est permis d’allumer une allumette pendant Yom Tov, à partir d’une flamme déjà existante depuis avant la fête, pour les besoins de la nourriture.
C’est pour cette raison qu’il est tout à fait permis de déplacer une boite d’allumettes pendant Yom Tov, sans la moindre crainte de Mouktsé (objets interdits au déplacement pendant Chabbat et Yom Tov), puisqu’il est faisable et même confortable d’utiliser des allumettes pour se procurer du feu à partir d’une flamme déjà existante.
Par conséquent, lorsqu’on désire cuisiner sur des brûleurs à gaz pendant Yom Tov, on doit veiller à prévoir depuis la veille de Yom Tov une flamme avec laquelle on pourra allumer le gaz avec une allumette pour cuisiner.

Eteindre un feu
Il est interdit d’éteindre une flamme pendant Yom Tov. Même le fait d’éteindre partiellement une flamme – en la diminuant – est interdit pendant Yom Tov.
Certains autorisent de diminuer l’intensité de la flamme, pour empêcher que le plat ne brûle, et afin qu’il cuise correctement. C’est ainsi que tranche notre saint maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l. Par contre, éteindre totalement la flamme reste interdit pendant Yom Tov.

Technique autorisée pour éteindre les brûleurs du gaz
Cependant, puisqu’il est interdit d’éteindre un feu pendant Yom Tov, de nombreuses personnes avaient l’usage de laisser les brûleurs à gaz allumés durant tout Yom Tov, jusqu’à ce que l’on consulte notre grand maître le Rav z.ts.l sur la question, et notre maître conclut (dans Chou’t Yabya’ Omer tome 3 section O.H chap.30 et dans les appendices, ainsi que dans H’azon Ovadia – Yom Tov page 58) qu’il est permis d’éteindre la flamme par le procédé de Guérama, c'est-à-dire, de façon indirecte.
Ce procédé consiste à remplir une casserole d’eau, la placer sur le feu jusqu’à ébullition, et laisser l’eau se déverser sur les parois extérieures de la casserole – à cause de l’ébullition - jusqu’à ce qu’elle éteigne la flamme.
On pourra ensuite tourner le bouton du gaz ou fermer le robinet de sécurité pour empêcher une propagation du gaz.
L’eau qui a servi à cette extinction indirecte sera utilisée pour boire un thé ou un café, afin que la cuisson de cette eau soit destinée à « Oh’el Nefech » (l’alimentation pendant Yom Tov).
Nous pouvons expliquer brièvement la raison à l’autorisation de ce procédé d’extinction indirecte (Guérama), en précisant que l’extinction d’un feu qui ne brûle pas sur une mèche, mais seulement sur un métal – comme une flamme qui brûle sur les brûleurs du gaz - pendant Yom Tov, ne représente qu’un interdit Miderabbanan (instauré par nos maitres). Or, une extinction qui n’est que Miderabbanan est autorisée lorsqu’elle est réalisée selon le procédé de Guérama que nous avons expliqué.

Il est rapporté au nom de notre maitre le Rcihon LéTsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita qu’ion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita qu’il est possible d’autoriser l’extinction du feu des brûleurs de gaz actuels en plaçant une cuillère proche du détecteur de chaleur, et ainsi au bout de quelques secondes le feu s’éteint et l’on pourra fermer le bouton du gaz.

Selon un certain avis, il est également possible d’éteindre le gaz en fermant le robinet général d’arrivée du gaz puisque de cette manière, on n’éteint pas le gaz de façon directe en fermant le bouton du brûleur à gaz lui-même, mais seulement de façon détournée car quelques instants après la fermeture de l’arrivée générale, le gaz s’éteint. Mais notre maître le Rav z.ts.l réfute totalement cette opinion du point de vue de la Halah’a car nous pouvons constater qu’immédiatement avec la fermeture du robinet général du gaz, la flamme diminue jusqu’à s’éteindre totalement, et de ce fait, ce geste ne correspond pas à Guérama autorisé par la Torah. Comme nous le voyons au sujet de celui qui prend de l’huile se trouvant dans une veilleuse qui est allumée (en prenant de cette huile, il provoque l’extinction de la veilleuse). Cette personne est condamnable à titre d’extinction comme l’explique la Guémara Betsa (22a).
Nous déduisons donc que les procédés de Guérama ne sont pas tous identiques, et dans tous les cas, si le résultat est visuellement constaté immédiatement après l’action, cela ne correspond pas au procédé de Guérama.

En conclusion: Il est interdit d’éteindre un feu pendant Yom Tov. Il est permis de d’allumer un feu à partir d’une flamme déjà existante depuis avant Yom Tov pour les besoins de la nourriture (« Oh’el Néfech »), comme pour cuire un aliment par exemple. Il est interdit d’éteindre un feu pendant Yom Tov. Il est permis d’éteindre un feu en faisant bouillir de l’eau au dessus de la flamme, et le débordement de l’eau provoquera l’extinction du feu. L’eau utilisée pour ce procédé devra servir pour un café ou thé.

A la demande de nombreuses personnes, il est permis de faire de la glace ou de la gelée pendant Yom Tov afin de la consommer pendant Yom Tov. Il est également permis d’amener le feu jusqu’aux brûleurs du gaz, même si il y a un détecteur électrique qui empêche la propagation du gaz (à la condition qu’aucun voyant ne s’allume en ouvrant le robinet du gaz).
Il est également permis d’allumer le gaz au moyen d’une allumette (que l’on a allumé à partir d’une flamme existante).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha