Halacha pour jeudi 16 Adar 5779 21 février 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Fixer la réalisation d’un acte médical avant Chabbat

Question: Est-il permis de fixer une intervention chirurgicale pour une fracture, ou bien une césarienne, pendant les jours qui précèdent immédiatement le Chabbat?

Réponse: Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué qu’il est interdit d’embarquer à bord d’un bateau pendant les jours qui précèdent immédiatement le Chabbat, en raison du risque de négliger le devoir de ‘Oneg Chabbat (se délecter du Chabbat), car lorsqu’on embarque à bord d’un bateau avant Chabbat, on est susceptible de souffrir de nausées et de tremblements, et l’on ne pourra pas accomplir la Mitsva de ‘Oneg Chabbat correctement.

Nous avons aussi expliqué qu’il est interdit de partir en voyage par le désert pendant les jours qui précèdent immédiatement le Chabbat, en raison du fait que l’on sera contraint de transgresser Chabbat à cause du danger du désert. C’est pourquoi, il est interdit de partir en voyage par le désert, sauf si l’on part en début de semaine, et dans ces conditions, même si l’on est contraint de transgresser Chabbat, on pourra le faire, en raison du danger. Si l’on part en voyage pour une Mitsva, aussi bien en bateau, aussi bien par le désert, on peut voyager même la veille de Chabbat, car pour les besoins d’une Mitsva nos maîtres n’ont pas décrétés d’interdit sur ce point.

A présent, venons-en au sujet de la question:
Une personne devant subir une intervention chirurgicale, peut-elle fixer l’intervention pendant les jours qui précèdent immédiatement le Chabbat, ou bien doit-elle fixer l’intervention exclusivement en début de semaine?

Clarification de la question 
A priori, concernant une intervention chirurgicale, les deux craintes que nous avons mentionnées existent. En effet, lorsqu’on subit une intervention chirurgicale immédiatement avant Chabbat, il est certain que l’on souffrira ensuite de douleurs diverses pendant Chabbat, et de ce fait, on ne pourra pas accomplir le devoir de ’Oneg Chabbat de façon correcte. De plus, il arrive fréquemment que lorsqu’une personne subit une intervention chirurgicale, on doit souvent transgresser le Chabbat pour le guérir, et cela, même durant les jours qui suivent son intervention. De ce fait, il faudrait apparemment avancer l’intervention exclusivement au début de la semaine comme pour celui qui part en voyage par le désert, lorsque l’intervention n’est pas urgente bien sûr.

Les propos du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH et du Admour de LOUBAVITCH z.st.l 
En réalité, telle est la position du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l, comme il l’exprime dans son livre Choulh’an Chélomo (note 3, voir aussi Chémirat Chabbat Kéhilh’ata chap.32 note 32 et chap.36 note 4), lorsqu’il s’agit d’une intervention non urgente, comme l’ablation des amygdales par exemple, s’il est possible de fixer l’intervention en début de semaine, le dimanche, lundi ou mardi , c’est ainsi qu’il faut faire, en raison du devoir de ‘Oneg Chabbat. Ce n’est que lorsqu’il n’est pas possible de faire autrement, en raison du planning du chirurgien par exemple, qu’il est permis dans ce cas de maintenir l’intervention en fin de semaine, car il est certain que l’intervention est considérée comme un besoin important et a le même statut qu’une « situation de Mitsva » pour laquelle nos maîtres ont autorisé à partir en voyage même la veille de Chabbat.

Le Admour de LOUBAVITCH z.st.l écrit dans une responsa (publiée dans le livre Halah’a Ou-Minhag vol.1 chap.129) qu’hormis le fait qu’il faut repousser l’intervention en raison du devoir de ‘Oneg Chabbat, il est probable qu’ils devront réaliser des examens et des traitements médicaux après l’intervention, et ils en arriveront à transgresser le Chabbat sur le malade. C’est pourquoi, il faut repousser l’intervention en début de semaine. En particulier, lorsque le personnel médical est constitué de juifs qui réalisent des examens au moyen de transgression du Chabbat même lorsqu’il ne s’agit pas d’une situation de danger, et dans ce cas, il est certain qu’il faut interdire selon le Din la réalisation d’une telle intervention chirurgicale pendant les jours qui précèdent immédiatement le Chabbat. (voir. Chou’t Tsits Eli’ezer vol.2 chap.43).

Les propos de notre maître le Rav z.ts.l 
Sur le plan pratique, le Gaon Rav David YOSSEF Chlita écrit (dans son livre Halah’a Béroura vol.13 page 372) qu’il a entendu de la bouche de notre maître le Rav z.ts.l qu’il faut trancher dans ce cas selon les propos du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l et du Admour de LOUBAVICTH z.ts.l, et repousser ou avancer l’intervention aux premiers jours de la semaine, car il est préférable d’éviter la transgression de Chabbat s’il doit se produire par la suite une situation de danger.

De même concernant un accouchement par césarienne dite « élective » qui est une intervention prévu et donc non urgente, notre maître le Rav z.ts.l écrit (dans son livre H’azon Ovadia-Chabbat vol.3 page 322) que s’il n’y a pas de risque de danger, il faut repousser l’intervention à après Chabbat, et la réaliser en début de semaine.

Cependant, s’il est impossible de repousser la césarienne à après Chabbat, il semble qu’il n’y ait pas d’obligation à l’avancer en début de semaine, car chaque instant que le fœtus passe dans le ventre de sa mère lui est bénéfique (voir Taharat Ha-Baït vol.2 page 54), et il est certain qu’une telle situation est considérée comme situation de Mitsva. C’est pourquoi, il n’est pas juste d’avancer une césarienne en début de semaine. Si l’on a la possibilité de la repousser à après Chabbat, il faut la fixer en début de semaine. C’est ainsi que nous a répondu notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l lorsqu’on l’a consulté sur ce point dans la pratique il y a quelques années, en nous disant qu’il ne faut pas avancer la césarienne au début de la semaine. Si l’on a seulement la possibilité de la repousser, il faut la repousser eu début de la semaine suivante.
Tout ceci, lorsque l’intervention n’est pas urgente, car sinon, il s’agit d’un cas de danger de mort, et rien ne se dresse devant une situation de danger de mort.

En conclusion: Lorsque c’est possible, il faut fixer toute intervention chirurgicale ou acte médical complexe en début de semaine, les dimanches, lundis ou mardis. Concernant la césarienne, voir ce que l’on a écrit plus haut.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le danger conséquent au fait de retirer les Mezouzot d’une maison que l’on quitte

Question: Est-il exact qu’il y a un danger pour celui qui retire les Mézouzot de sa maison lorsqu’il déménage pour aller habiter ailleurs (et que le nouvel occupant est juif), et si c’est effectivement exact, que doit-il faire s’il a investi une important......

Lire la Halacha

Fixer la réalisation d’un acte médical avant Chabbat

Question: Est-il permis de fixer une intervention chirurgicale pour une fracture, ou bien une césarienne, pendant les jours qui précèdent immédiatement le Chabbat? Réponse: Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué qu’il......

Lire la Halacha

Voyager avant Chabbat

Question: Est-il permis de partir en voyage avant Chabbat, lorsqu’on sait que l’on sera forcé de transgresser le Chabbat pour cause de danger de mort? Réponse : Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction d’e......

Lire la Halacha

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha


Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha

Questions/Réponses Halacha Yomit - Des vacances à la chasse – Les études de médecine –Attendre le mariage de son frère aîné pour se marier soi-même

Recueil de réponses données ces derniers temps Question: Nous partons en vacances dans l’état de l’Illinois (Etats-Unis), où nous devons nous adonner à la chasse (pour le plaisir). La chose est-elle permise? Réponse: Depuis la nuit des temp......

Lire la Halacha