Halacha pour vendredi 10 Adar 5779 15 février 2019

Pour l'élévation de l'âme de  Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala

Pour l'élévation de l'âme de  Rivka Bat Rachel Léa

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Questions/Réponses Halacha Yomit - S’acquitter du Birkat Ha-Mazon de la bouche du récitant – Vernis à ongles pendant Chabbat – Inauguration d’une maison (‘Hanoukat Ha-Baït) – « Un seul peuple avec un seul cœur »

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-il possible de s’acquitter du Birkat Ha-Mazon en se contentant de l’écouter de la bouche du chef de famille?

Réponse: Dans les générations passées (lorsqu’on prenait le repas à 3 personnes et plus, et que l’on disait le Zimoun), celui qui disait le Zimoun récitait le Birkat Ha-Mazon à haute voix, et tous les convives écoutaient et s’acquittaient de sa bénédiction. Ils ne pouvaient pas le réciter eux-mêmes car cela représentait un dédain envers le récitant.
Mais dans les dernières générations, on constata que les auditeurs n’étaient pas toujours disposés à écouter correctement chaque mot qui sort de la bouche du récitant, et de ce fait, on instaura que chacun récite le Birakat Ha-Mazon pour lui-même. C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.183), qu’il est juste que chacun récite le Birkat Ha-Mazon pour lui-même (à voix basse) en même temps que celui qui le récite à haute voix.
De même, notre maitre le ‘HYDA explique dans Chou’t ’Haïm Chaal (chap.75) que l’usage pratiqué dans les dernières générations où chacun récite le Birkat Ha-Mazon pour lui-même, est un usage bon et juste.
Le livre ‘Hessed La-Alafim (parag.5) fait l’éloge de l’usage des Séfaradim, selon lequel tous les convives récitent eux-mêmes le Birkat Ha-Mazon, et critique l’usage de certaines communautés Achkénazes où l’on se fiait uniquement au récitant.
Le Kaf Ha-‘Haïm (note 37) explique la chose même selon les Kabbalistes, que la bénédiction de chacun a une utilité particulière.

 

Question: Est-il permis de mettre ou de retirer du vernis à ongles pendant Chabbat?

Réponse: Il est interdit de mettre du vernis à ongles pendant Chabbat, à titre de l’interdit de « teindre ». Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.5 page 11) que cet interdit concerne aussi le vernis transparent.
De même, il est aussi interdit de retirer du vernis à ongles pendant Chabbat.
C’est ainsi que tranchent de nombreux décisionnaires contemporains, et parmi eux le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l et d’autres …

 

Question: Y a-t-il une obligation d’organiser une « ‘Hanoukat Ha-Baït » (inauguration de maison)?

Réponse: Il n’y a pas réellement d’obligation à le faire selon le Din, et ce n’est qu’une simple tradition du peuple d’Israël. Cet usage possède plusieurs explications.
Selon le Zohar Ha-Kadoch (Tazriya’), le fait de débuter dans une nouvelle maison par des paroles de Torah, en particulier en présence de 10 hommes, la Présence Divine règnera sur cette maison, et ainsi, une assistance Divine accompagnera ce foyer.
Il ressort également du Zohar Ha-Kadoch (Vaykra) qu’il faut aussi faire un repas à cette occasion. Tel est l’usage.
Notre maitre le Rav z.ts.l nous a conseillé de faire ce que l’on peut, même dans un appartement en location.

 

Question: Lorsqu’Israël reçu la Torah, ils étaient dans un état de « Un seul peuple avec un seul cœur ». Comment fut-il possible qu’il n’y eut pas de divergence entre eux à ce moment là ? Ils n’étaient pourtant pas tous des Tsaddikim?

Réponse: Cette question fut posée par le Gaon Rabbi ‘Haïm CHMOULEWITZ z.ts.l, et il répondit que bien avant le Don de la Torah Israël avait atteint de très hauts niveaux dans la prophétie, au point ou chacun et chacune ressenti concrètement l’existence d’Hachem dans le monde. (C’est pour cela que nous disons dans la Haggada de Péssa’h : « S’IL ne nous avait pas approché de la montagne du Sinaï et qu’IL ne nous avait pas donné la Torah, cela nous aurait suffit ! » Car nous devons être reconnaissant envers Hachem sur le simple fait de nous avoir mené jusqu’au Mont Sinaï, même sans nous donner la Torah).
Lorsqu’un homme connait de manière limpide l’existence d’Hachem, il n’a pas matière à jalouser son prochain, car dans de telles conditions, il n’y a plus de haine ni de place à de mauvaises qualités humaines.
C’est pourquoi, tout Israël était en paix à cet instant.
Et même si certains d‘entre eux ont commis de grandes fautes par la suite, malgré tout, à ce moment précis ils possédaient tous un très haut niveau.
De ce fait, il n’y avait donc pas de place pour des disputes entre eux.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La confiance en Hachem – le mariage du MAHARAL de Prague

Question: Est-ce que la confiance en Hachem aidera même une personne qui ne mérite pas sa bonté? Réponse: On a demandé dans la Guémara Ménah’ot (29b) : Quel est le sens du verset (Yécha’ya 26) : « Mettez votre......

Lire la Halacha

Refus d’aller devant un tribunal rabbinique

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué la grave interdiction de se faire juger devant des tribunaux civils ou non-juifs. La question souvent posée est: Puisque de notre époque, les tribunaux rabbiniques ne bénéficient d’aucun poids......

Lire la Halacha

Statut Halachique des tribunaux civils en Israël – Les propos de notre maitre le Rav z.ts.l concernant les juges

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la gravité de l’interdiction d’aller se faire juger auprès des tribunaux non-juifs. Même lorsque les juges non-juifs rendent une décision de justice conforme aux lois de la Torah, et mêm......

Lire la Halacha

Les tribunaux non-juifs

Il est enseigné dans la Guémara Guittin (88b) : Rabbi Tarfon dit : Tout endroit où l’on trouve des tribunaux non-juifs, même s’ils jugent selon les lois d’Israël, il est interdit de se faire juger par eux, car il est dit dans la Torah (Ch......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur les gaufrettes, le Baklawa, le « Napoléon » (Millefeuilles) ou le Borékas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’une pâtisserie contenant un peu de farine, et dont on a consommé Kazaït (environ 27 g), il faudra réciter ensuite la bénédiction finale « ‘Al Ha-Mi’hya &ra......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur des pâtisseries contenant aussi de la farine

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot que tout aliment ou plat constitué de plusieurs ingrédients, et parmi eux une des 5 céréales du « Dagan » (en général, de la farine de blé), et que cette c&ea......

Lire la Halacha

Les cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud)

Question: Quelqu’un qui assiste chaque jour à un cours de « Daf Ha-Yomi » (cours quotidien de Talmud), s’acquitte-t-il du devoir d’étudier la Torah chaque jour? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Kiddouchin (30a) sur......

Lire la Halacha

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n&rsquo......

Lire la Halacha