Halacha pour lundi 17 Adar 5781 1 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les produits frais pour Péssa’h

Même si nous avons expliqué qu’il faut veiller à ce que tous les produits alimentaires achetés pour Péssa’h doivent être soumis à une surveillance particulière afin qu’aucune trace de ‘Hamets n’y soit mélangée, malgré tout, il existe des choses pour lesquelles aucune surveillance particulière n’est nécessaire.

Les fruits et les légumes
Les fruits et les légumes ne nécessitent pas de garanti de Cacherout pour Péssa’h, et il est permis de les acheter même chez des non-juifs.
S’il y a une crainte de mélange de ‘Hamets – par exemple lorsque les caisses de fruits et légumes sont entreposées à proximité de produits de boulangerie qui sont ‘Hamets – dans ce cas on devra simplement rincer correctement les fruits et légumes avant Péssa’h, et on sort ainsi de toute crainte.
(Selon certains avis, il faut les rincer avec de l’eau et du savon, mais il faudra procéder ainsi uniquement pendant Péssa’h, si on ne les a pas rincés à l’eau avant Péssa’h, voir Yalkout Yossef-Péssa’h sur chap.447).
Mais de façon générale, une telle crainte de fruits ou légumes frais comportant du ‘Hamets n’existe pas.

Le miel et l’huile
Lors de la génération précédente, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l avait diffusé des instructions précises concernant les produits que l’on pouvait acheter sans garantie de Cacherout pour Péssa’h (ces instructions avaient été diffusés dans le mensuel « Kol Sinaï »).
Et c’est ainsi qu’agissaient d’autres grands Rabbanim.
Cependant, de notre époque, certains avis Halachiques interdisent d’acheter le moindre produit s’il ne comporte pas un certificat de Cacherout particulière pour Péssa’h.
Le Gaon Rabbi Yossef Chalom ELYACHIV z.ts.l était très rigoureux sur ce point, même pour des produits les plus élémentaires comme le miel ou l’huile, car de notre époque, la plupart des produits comportent des fraudes de composition, ou bien des ajouts minoritaires - ou même nombreuses - de produits conservateurs ou qui maintiennent le goût de l’aliment.
C’est pourquoi, il veillait à ce que chaque produit de Péssa’h porte un certificat de Cacherout.

Pour cette même raison, nous veillons même durant toute l’année à ne consommer que des produits portant un sceau de Cacherout qui atteste de la Cacherout du produit (certains donnent un certificat de Cacherout même pour du sel ou du sucre, toute l’année).
Cependant, s’il s’agit d’un produit particulier, dont l’acheteur sait parfaitement qu’il est un produit naturel, comme quelqu’un qui achète de l’huile d’olives d’une personne qui possède des oliviers et qui produit une petite quantité d’huile naturelle, il n’y a pas besoin dans ce cas de sceau de cacherout pour Péssa’h pour cette huile.
Mais de manière générale, il est recommandé d’être vigilant et d’habituer les membres de son foyer à n’utiliser pour Péssa’h que des produits alimentaires qui portent un sceau de Cacherout pour Péssa’h.

Les noix et autres arachides
Toutes les catégories de cacahuètes, noix, amandes, pépites ou autres, que l’on fait griller avec du sel, on ne doit pas les acheter dans un endroit qui n’est pas Cacher pour Péssa’h, car il arrive souvent que l’on mélange de la farine à ces produits.
Même si l’endroit est qualifié être sans crainte de mélange de farine, il est juste de n’acheter ces produits que lorsqu’ils portent un certificat de Cacherout particulière pour Péssa’h.

Les volailles
De notre époque, on donne une garantie de Cacheroute particulière pour Péssa’h même pour les produits à base de volaille, car il arrive parfois que l’on trouve un grain de blé à l’intérieur de la volaille, et lorsque la volaille va cuire, ce grain de blé pourra rendre le plat interdit à la consommation.
Cette crainte était fréquente dans les générations passées, où dans chaque foyer on rinçait et on nettoyait la volaille de façon indépendante.
Mais de notre époque où tout ce fait en usine, il est quasiment impossible de trouver un grain de blé à l’intérieur de la volaille.
Malgré tout, on a l’usage de nourrir les volailles uniquement avec de la nourriture Cacher LéPéssa’h, de sorte que lorsqu’on va abattre la volaille, elle sera complètement propre de toute présence de ‘Hamets.

(Si quelqu’un a des poulets sans Cacherout de Péssa’h au congélateur, il est autorisé à les garder chez lui pendant Péssa’h, mais il est juste de les rincer à l’eau (à l’intérieur) avant Péssa’h, et ainsi il pourra même les consommer pendant la fête sans crainte.)

Les œufs
De même, concernant les œufs, il n’y a en réalité aucune nécessité d’une Cacheroute particulière pour Péssa’h, mais il existe malgré tout une crainte puisque si la cage n’était pas Cacher LéPéssa’h, et que la nourriture des volailles était du ‘Hamets, il est probable que des miettes de ‘Hamets se soient collées aux œufs.
Le Ben Ich ‘Haï écrit qu’il faut rincer les œufs avant Péssa’h avec de l’eau froide, afin de les consommer pendant Péssa’h.
C’est ainsi qu’il est juste de faire concernant des œufs qui ne comportent pas de certificat de Cacherout pour Péssa’h, comme à l’étranger où l’on achète des œufs chez les non-juifs.
Concernant le tampon (de production) sur les œufs, il n’y a pas la moindre crainte de ‘Hamets sur ce point, car l’encre de ces tampons n’est pas consommable par un chien, et il n’y a donc aucun interdit.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha


Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha