Halacha pour lundi 23 Kislev 5778 11 décembre 2017

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de
Avraham Ben Yaacov et Esther MELKA z”l

Son gendre Shlomo PARTOUCHE
----------------------------------

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Neshama du
'Ha'ham Rabbi Moshé Ben Messa'ouda OHAYON z"l
Rav et chef des Sho'hatim à Casablanca (Maroc), décédé des suites d'une longue maladie dans la ville sainte de Jérusalem pendant la fête de Shémini Atseret.

L'obligation des femmes d'allumer les bougies de H'anouka

Les femmes aussi sont tenues d'allumer les bougies de H'anouka, du fait qu'elles aussi, ont contribuées au miracle, comme il est raconté à propos de Yéhouditt la fille de Yoh’anann le grand prêtre, qui avait enivré l'empereur grec pour le tuer.

C'est pour cette raison que si le mari n'est pas présent pour cause de voyage d'affaires par exemple, pendant un ou plusieurs jours de H'anouka, il devra dire à sa femme d'allumer à sa place les bougies de H'anouka. Ainsi, il s’acquitte de son devoir là où il se trouve, même s’il est absent lors de l’allumage.

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que même lorsque le mari sait qu’il rentrera à une heure tardive à la maison, il est préférable qu’il nomme sa femme afin qu’elle allume les Nerot au moment où il faut les allumer Léh’atéh’ila (à priori), c'est-à-dire immédiatement à la sortie des étoiles, plutôt que de les allumer lui-même à une heure tardive.

Il est vrai que dans toutes les Mitsvot nous appliquons habituellement le principe selon lequel « la Mitsva est plus grande lorsqu’elle est accomplie par la personne elle-même plutôt que par son délégué », néanmoins, ici il est préférable de nommer sa femme afin qu’elle allume les Nerot, car par cela, la Mitsva s’accomplit au moment où nos maitres l’ont instaurée.

De plus, lorsque la femme allume les Nerot à la place de son mari, il n’est pas considéré que le mari n’accompli pas la Mitsva lui-même puisque sa femme est une partie de lui-même, de ce fait, lorsque la femme allume, on considère que c’est le mari lui-même qui les allume.

Cependant selon la tradition Achkénazim où chaque homme de la maison allume sa propre H'anoukiya, si le mari se trouve dans un endroit dans lequel il a la possibilité d'allumer, il est préférable qu'il allume sans réciter la bénédiction de l'allumage, et sa femme allumera à la maison en récitant la bénédiction. Et s'il a la possibilité d'entendre la bénédiction de quelqu'un d'autre et de s'en acquitter, il est certain que c'est préférable.

Bien que les femmes sont tenues d'allumer les bougies de H'anouka, si le mari allume à la maison, ni sa femme ni ses filles ne devront allumer une autre H'anoukiya même selon la tradition des Achkénazim. Car c'est seulement lorsqu’une femme est seule, du fait  qu'elle est célibataire et vie dans son propre appartement ou bien qu'elle est mariée, mais que son mari n'est pas présent, qu'elle devra allumer sa propre H'anoukiya.

Nous devons tout de même expliqué une chose supplémentaire:
Lorsqu’un mari sait qu’il doit rentrer à une heure tardive et qu’il nomme sa femme afin d’allumer les Nerot à sa place, le mari s’acquitte de son obligation ainsi que des bénédictions par l’allumage de sa femme.
Cependant, si ceci se produit dès le premier soir de H’anouka, dans ce cas le mari n’aura pas l’occasion de réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou que l’on récite uniquement le 1er soir.
C’est pourquoi, si le mari doit rentrer à une heure tardive même le 1er soir, et que de ce fait, il nomme sa femme pour allumer à sa place à la sortie des étoiles, le 2ème soir lorsque le mari allumera les Nerot, il devra ajouter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur l’allumage, car pour lui cet allumage est le premier qu’il réalise lui-même.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

L’obligation d’entendre Parachat Zah’or

Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 11 mars), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semaine (Tétsavé), et dans le 2ème, nous lirons le passage de &la......

Lire la Halacha

Les quantités de Matsa que l’on doit consommer le soir du Séder

Question: Quelle quantité de « Kazaït » de Matsa doit-on consommer le soir de Pessah’? Réponse: Le soir du Seder de Pessah’, l’obligation est de consommer au total 3 fois la quantité de Kazaït de Matsa. Le Kazaït correspo......

Lire la Halacha

Cachérisation des ustensiles pour Pessah’ (suite)

Dans la précédente Halah’a , nous avons expliqué qu’il faut utiliser durant Pessah’ uniquement des ustensiles qui n’ont pas absorbés de H’amets, c'est-à-dire, des ustensiles neufs (ou des ustensiles réservés pour Pess......

Lire la Halacha


Chémini ‘Atsérett – Sim’hatt Torah

Nous sommes aujourd’hui la veille de la fête de Chémini ‘Atsérett qui est appelée en Erets Israël « Sim’hatt Torah ». En dehors d’Israël, c’est le 2ème jour de Chémini ‘Atsérett qui es......

Lire la Halacha

Allumage de H’anouka à la sortie de Shabbat ; allumage de ‘Hanouka avec une lampe électrique

A la sortie du Chabbat H’anouka, à la synagogue, (après la prière de ‘Arvit), on allume d’abord les Nerot de H’anouka, et ensuite, on récite la Havdala, afin de « concrétiser la sortie de Chabbat » le plus tard possible. Mê......

Lire la Halacha

Le symbole du demi-Chékel (année 5777)

Nous avons l’usage d'offrir avant Pourim l’argent du « Zéh’er Lémah’atsit Ha-Chékel » (l’argent qui « symbolise le demi-Chékel ») que tout le peuple d’Israël donnait à l’époque du Bet......

Lire la Halacha

Cachérisation des ustensiles pour Pessah’

Dans une précédente Halah’a , nous avons mentionné l’interdiction d’utiliser durant Pessah’, la vaisselle que l’on utilise durant toute l’année, puisque cette vaisselle a absorbé du H’amets, comme nous l’avons expliqu......

Lire la Halacha