Halacha pour mardi 23 Shevat 5782 25 janvier 2022

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus.
Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été interdit par la Torah mais uniquement par nos maitres qui ont interdit de presser les autres fruits comme les fraises, les grenades ou autres.
De même, nous avons écrit que des fruits dont il n’est pas l’usage courant de presser dans aucun endroit du monde, il est permis de les presser pendant Chabbat, car l’interdiction de presser des fruits pendant Chabbat prend sa source dans le fait que l’action de presser ressemble dans sa définition à l’interdit de « Dach » qui consiste à battre le blé afin d’en séparer les grains de la paille qui l’entoure. Ainsi, lorsqu’on presse un fruit, on sépare le jus du fruit. Mais lorsqu’il s’agit d’un fruit qu’il n’est pas d’usage de presser, le jus n’est donc pas qualifiable de « jus » qui serait interdit de séparer du fruit, mais plutôt comme aliment. Lorsqu’on presse un tel fruit, on ne fait donc que séparer un aliment d’un aliment, ce qui est absolument permis pendant Chabbat.

Nos maitres enseignent dans la Guémara Chabbat (145a) qu’il est permis de presser une grappe de raisins pendant Chabbat lorsqu’on le fait dans un ustensile dans lequel se trouve un plat cuisiné, car le liquide qui sort des raisins redevient immédiatement un aliment, et la Torah n’a interdit que la transformation d’un aliment en liquide en séparant le jus de l’aliment. Mais s’il était initialement un aliment, et dès son pressage il reste aliment (il reste en état solide et non liquide) puisqu’il est absorbé à l’intérieur du plat cuisiné, il n’y a là aucun interdit à titre de presser, car comme précisé, la source de l’interdit de presser des fruits est l’interdiction de battre le blé, qui consiste à dissocier et à séparer les blés de la paille. Mais lorsqu’on sépare un aliment d’un autre aliment, ceci est comparable au fait de couper un pain, où il n’y a absolument pas d’interdit à titre de battre le blé.
Il est évident que tout ceci n’est valable que lorsque l’aliment est en quantité plus importante que le jus pressé sur lui, de sorte que le jus est avalé et se mélange à l’aliment. Mais si le jus ne fait que reposer sur la surface de l’aliment sans se mélanger à lui à l’intérieur, un tel geste est considéré comme séparer un liquide d’un aliment, et il est interdire d’agir ainsi pendant Chabbat comme nous l’avons expliqué.

A la lueur de ce que l’on a dit, nous comprenons qu’il est permis de presser pendant Chabbat des oranges sur des bananes ou sur des pommes écrasées afin de préparer la nourriture d’un bébé, ou bien dans une salade de fruits, ou tout autre exemple similaire. Mais presser des oranges à l’intérieur d’un verre dans lequel se trouvent deux ou trois cuillères de sucre, de sorte que le liquide est en quantité plus importante que le sucre et qu’il ne fait que reposer dessus, il est certain qu’aucune autorisation n’est valable dans un tel cas, car nous n’avons devant nous que du liquide, et ceci entre dans le cadre de l’interdit de presser. De même, si l’on presse un fruit à l’intérieur d’un ustensile vide, afin de verser ensuite le jus pressé sur un aliment, c’est également interdit, car nos maitres n’ont permis que dans la mesure où le liquide devient un aliment immédiatement dès le pressage.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que lorsqu’on presse des fruits sur un aliment pendant Chabbat, on ne doit permettre que lorsqu’on presse à la main et non au moyen d’un ustensile.
Si l’on presse dans un ustensile vide, c’est interdit même à la main.
(Au sujet de la raison pour laquelle presser au moyen d’un ustensile est interdit en tout cas, nous nous y étendrons davantage avec l’aide d’Hachem à une autre occasion).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha