Halacha pour lundi 13 Cheshvan 5779 22 octobre 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Suite des règles relatives au changement d’endroit pendant un repas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué les principes fondamentaux du changement d’endroit pendant un repas, et nous avons écrit que si une personne se rend au milieu du repas dans une autre maison – par exemple lorsqu’on se rend au milieu du repas chez un ami qui habite l’immeuble à côté – ce déplacement est considéré comme une interruption dans le repas, et par conséquent, on est tenu de réciter de nouveau la bénédiction sur ce que l’on consommera chez cet ami.

Mais nous avons écrit que malgré tout, si l’on mange dans une pièce et que l’on passe – au milieu du repas - dans une autre pièce de la même maison, même s’il est normalement interdit d’agir ainsi Léh’atéh’ila (à priori), malgré tout, Bédia’vad (à posteriori), on ne récitera pas de nouveau la bénédiction sur ce que l’on consommera dans l’autre pièce. Mais si on avait préalablement, au début du repas, l’intention de passer dans l’autre pièce, il est permis de le faire même Lé’haté’hila.

A quel type de consommation s’applique la règle de « changement d’endroit »?
Il faut préciser que nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir si la règle de « Chinouï Makom » (changement d’endroit) s’applique à toute sorte de consommation, ou bien cela dépend-il de ce que l’on consomme. Selon l’opinion d’un grand nombre de nos maîtres les Richonim, il n’y a aucune différence entre le cas de la personne qui consommait un véritable repas constitué de pain, et le cas de la personne qui consommait des fruits ou autre, dès lors où l’on a changé d’endroit et que l’on s’est rendu dans un autre endroit, on est tenu de réciter de nouveau la Bérah’a. C’est ainsi que tranche également MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ (chap.178).

Cependant, selon l’opinion de notre maître le ROCH et d’autres Richonim, la règle de Chinouï Makom dans le repas s’applique seulement à la consommation de fruits ou autre, car étant donné que la personne délaisse l’endroit dans lequel elle consommait, sa consommation s’achève et cette personne doit de nouveau réciter ses Bérah’ote (si elle désire poursuivre sa consommation ailleurs). Mais lorsqu’on consomme du pain où – selon le Din – même si l’on délaisse l’endroit dans lequel on consomme, on est malgré tout tenu de revenir à l’endroit initial afin de réciter le Birkat Ha-Mazone (comme nous l’avons déjà expliqué dans le passé), il n’est donc pas suffisant d’avoir délaissé l’endroit initial pour dire que sa consommation s’est achevée, car la personne est tenue de revenir à l’endroit initial.
C’est pourquoi, selon l’opinion du ROCH, la règle de Chinouï Makom s’applique uniquement à une consommation pour laquelle on n’est pas tenu de revenir à l’endroit initial afin de réciter la Bérah’a finale, par exemple, lorsqu’on a consommé des fruits ou autre, mais lorsqu’il s’agit d’une consommation pour laquelle on est tenu de revenir à l’endroit initial afin de réciter la Bérah’a finale, par exemple, lorsqu’on a consommé du pain, la règle de Chinouï Makom ne s’applique pas dans ce cas là.

Du point de vue de la Halacha, puisque dans le doute nous prenons en considération l’opinion du ROCH, car nous avons le principe de « Safek Bérah’ote Léhakel » (lors d’un doute sur la récitation d’une Bérah’a, nous allons à la souplesse et nous ne la récitons pas), par conséquent, si l’on consommait un repas constitué de pain, et que l’on a délaissé l’endroit où l’on se trouve pour se rendre dans une autre maison, par doute on ne réciterait pas de nouveau la Bérah’a de Ha-Motsi, car on est encore tenu de revenir à l’endroit initial afin de réciter le Birkat Ha-Mazone.
Mais si l’on consommait des fruits ou autre, et que l’on a délaissé l’endroit initial pour se rendre dans une autre maison, on est tenu de réciter de nouveau la Bérah’a de Boré Péri Ha’èts ou Boré Péri Ha-Adama sur ce que l’on continue à consommer.

(Mais cependant, puisque selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h il n’y a pas de différence entre une consommation qui nécessite la bénédiction finale sur place et une autre consommation qui ne la nécessite pas sur place, si un Séfaradi a quitté la maison où il se trouvait au milieu de son repas, il est autorisé en revenant à réciter Birkat Ha-Mazon sur ce qu’il a consommé avant de s’absenter, puis de nouveau réciter Ha-motsi pour poursuivre son repas.)

Dans la prochaine Halacha, on expliquera d’autres cas pratiques sur ce sujet.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

Se déplacer en mangeant

Question: Selon ce qui a été expliqué dernièrement dans le cadre de la Halah’a Yomit, qu’il est interdit de sortir de chez soi lorsqu’on mange un aliment quelconque, et dans le cas où l’on est sortit complètement de la maison, il fau......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha


Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

Changement d’endroit pendant le repas, pour un court moment, avec l’intention de revenir

Nous avons appris que lorsqu’une personne quitte sa maison pendant qu’elle mange pour aller dans la maison d’autrui se trouvant dans un autre immeuble à proximité, si elle désire poursuivre cette consommation, elle devra réciter de nouveau les bén......

Lire la Halacha

Suite des règles relatives au changement d’endroit pendant un repas

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué les principes fondamentaux du changement d’endroit pendant un repas, et nous avons écrit que si une personne se rend au milieu du repas dans une autre maison – par exemple lorsqu’on se rend au milieu du rep......

Lire la Halacha

Les règles du « changement d’endroit » au milieu d’un repas

Le fondement de la règle du changement d’endroit au milieu d’un repas On enseigne dans la Guémara Péssah’im (101b) que toute personne qui a changé d’endroit pendant sa consommation, c'est-à-dire, une personne qui se trouvait dans un end......

Lire la Halacha